Professeur(euse)s et chargé(e)s de cours au niveau universitaire – CNP 4011

50

Nombre de personnes employées dans cette industrie

$63,924

Revenu médian des personnes employées dans cette profession

3.2%

Possibilité que la technologie ait un impact sur cette profession dans les 10 prochaines années

90.7%

Taux d’activité
Pourcentage du nombre de personne employée activement dans cette profession comparée au total des personnes dans cette profession pendant la période du
1er au 7 mai 2016

5.1%

Taux de chômage
Pourcentage des personnes qui cherchent un emploi comparé au total des personnes dans la profession pendant la semaine du
1er au 7 mai 2016

Scolarité

Des personnes employées dans cette profession

100 % de la main-d’œuvre a un diplôme ou grade universitaire

Âge de la main-d’œuvre

Dans cette profession

70,0 % de la main-d’œuvre est âgée de 45 à 64 ans

Secteurs où sont employés les membres de cette profession

100 % des professeur(e)s et chargé(e)s de cours au niveau universitaire travaillent dans le secteur des services d’enseignement.

Perspectives d’emploi

Les perspectives d’emploi dans notre région pour 2017-2019 sont acceptables.

La croissance de l’emploi mènera à un nombre moyen de nouveaux postes.

Un nombre moyen de postes seront disponibles en raison de départs à la retraite.

Un nombre moyen de chômeurs ont une expérience récente au sein de cette profession.

Le bilinguisme peut être un atout.

Taux de croissance projeté en Ontario : 9,1 % – 10 %

Renseignements supplémentaires

Que dois-je savoir d’autre?

Le nombre d’inscriptions aux études postsecondaires, qui a augmenté pendant plusieurs années, et ce, jusqu’à un déclin récent, est le principal vecteur de croissance dans cette profession. L’innovation technologique et les besoins du marché du travail pourraient accroître les inscriptions au sein des établissements postsecondaires. Cela pourrait aussi accroître la demande et le maintien en poste des professeurs et chargés de cours au niveau universitaire. On prévoit un déclin probable du nombre de personnes d’âge universitaire au Canada, ce qui pourrait entraîner une baisse du nombre d’étudiants inscrits et ainsi modérer les perspectives d’emploi dans cette profession. Toutefois, la prolongation du financement que le gouvernement provincial fournit pour les études supérieures aux étudiants étrangers pourrait réduire les effets de la diminution du nombre d’inscriptions des étudiants canadiens.

Le marché de l’emploi pour les professeurs et chargés de cours au niveau universitaire est de nature international et hautement concurrentiel. De plus, étant donné la prévalence des contrats et du travail saisonnier, il est courant pour les professeurs et chargés de cours au niveau universitaire de travailler pendant longtemps avant d’obtenir un poste permanent. La moyenne d’âge de ces travailleurs en Ontario était considérablement plus élevée que dans les autres professions. Même si certaines perspectives d’emploi découleront des départs nécessaires à la retraite, ce facteur pourrait être modéré par le fait que beaucoup de professeurs et de chargés de cours au niveau universitaire choisissent de travailler jusqu’à un âge avancé. Les possibilités d’emploi sont habituellement présentes toute l’année, mais les perspectives sont plus favorables pendant l’année universitaire, soit de septembre à mai.