Policiers/policières (sauf cadres supérieurs) – CNP 6261 ±

 

Nombre de personnes dans la région de SDG occupent cette profession

330 personnes dans la région de SDG travaillent comme Policiers/policières (sauf cadres supérieurs).  Le taux de chômage est non-disponible.

 

Le nombre d’employeurs dans la région de SDG

Les Policiers/policières (sauf cadres supérieurs) dans la région de SDG œuvrent dans le secteur des Services professionnels, techniques et éducatifs.

 

Les caractéristiques d’âge pour la population active dans la région de SDG

30,3% de la population active est âgée de 45 et plus.

42,4% de la population active est âgée de 35 à 44 ans.

 

Le niveau de scolarité pour cette profession

12,5% de la population active détient un diplôme d’études secondaires ou l’équivalent.

56,3% de la population active détient un certificat ou diplôme d’un collège, d’un cégep ou d’un autre établissement d’enseignement non universitaire.

23,4% de la population active détient un certificat, diplôme ou grade universitaire (baccalauréat ou supérieur)

 

 

Le taux de rémunération pour cette profession*

Le revenu annuel médian pour cette profession est de 88 815,00$ par année.

 

Autres points saillants

  • Les perspectives d’emplois sont limitées pour les Policiers/policières (sauf cadres supérieurs) (CNP # 6261±) dans la région d’Ottawa.
  • Divers services de police pressentent le besoin de remplacer les « baby-boomers » qui prendront leur retraite dans un avenir rapproché. Cependant, on prévoit que les niveaux d’emploi seront limités en raison des restrictions budgétaires imposées par les divers ordres de gouvernement, ce qui limite le nombre de candidats retenus dans le cadre de chaque campagne de recrutement.
  • La technologie constitue maintenant une partie importante de cette profession, améliorant l’efficacité du travail de policier et créant des débouchés dans les nouveaux domaines du maintien de l’ordre tels que la surveillance et les crimes électroniques. Les exigences relatives aux connaissances et la concurrence accrues pour entrer dans cette profession ont donné lieu à une tendance à la hausse des niveaux d’études parmi les candidats. L’embauche au sein d’un service de police peut être axée sur les ensembles de compétences particulières, les profils linguistiques ou les antécédents. La capacité de parler plusieurs langues est considérée comme un atout dans ce domaine.
  • Presque tous les policiers en Ontario travaillent dans l’administration publique. Les deux tiers environ sont embauchés par des services municipaux, et le reste par des organismes tels que la Gendarmerie royale du Canada (GRC), la Police provinciale de l’Ontario (PPO), les Forces canadiennes et le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS). Certaines communautés des Premières Nations gèrent aussi leurs services de police en collaboration avec les gouvernements provincial et fédéral. Les candidats qui sont prêts à travailler dans des collectivités éloignées et dans des zones urbaines à risques nécessitant un nombre plus élevé de policiers auront probablement de meilleures chances de trouver un emploi.
  • Visiter la page des « Services professionnels, techniques et éducatifs » pour de plus amples renseignements provenant d’employeurs œuvrant dans ce secteur dans la région de SDG.

*Le revenu médian est la valeur en dollars qui représente le milieu d’une répartition donc 50% des individus ont un revenu inférieur à ce montant et 50% des individus ont un revenu supérieurs à ce montant.

 

± le numéro de CNP peut différer suite à la restructuration du système canadien de Classification national des professions.

 

Références : Recensement  et Enquête nationale auprès des ménages 2011 et Structure des industries canadiennes 2014, Statistiques Canada