Directeur(trice)s financier(ère)s – CNP 0111

175

Nombre de personnes employées dans cette industrie

$84,520

Revenu médian des personnes employées dans cette profession

6.9%

Possibilité que la technologie ait un impact sur cette profession dans les 10 prochaines années

100%

Taux d’activité
Pourcentage du nombre de personne employée activement dans cette profession comparée au total des personnes dans cette profession pendant la période du
1er au 7 mai 2016

0%

Taux de chômage
Pourcentage des personnes qui cherchent un emploi comparé au total des personnes dans la profession pendant la semaine du
1er au 7 mai 2016

Scolarité

Des personnes employées dans cette profession

54,5% de la main-d’œuvre a un diplôme ou grade universitaire

18,2% de la main-d’œuvre a un diplôme ou certificat collégial

Âge de la main-d’œuvre

Dans cette profession

42,4% de la main-d’œuvre est âgée de 45 à 54 ans

24,2% de la main-d’œuvre est âgée de 25 à 34 ans

Secteurs où sont employés les membres de cette profession

33,3 % des directeur(trice)s financier(ère)s travaillent dans le secteur des administrations publiques

12,1 % travaillent dans le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques

9,1 % travaillent dans le secteur de la construction

Perspectives d’emploi

Les perspectives d’emploi dans notre région pour 2017-2019 sont acceptables.

La croissance de l’emploi mènera à un nombre moyen de nouveaux postes.

Plusieurs postes seront disponibles à cause de départs à la retraite.

Un grand nombre de chômeurs ont une expérience récente au sein de cette profession.

Le bilinguisme est peut-être un atout.

Taux de croissance projeté en Ontario : 4,1 % – 5 %

Renseignements supplémentaires

Que dois-je savoir d’autre?

  • L’emploi dans cette profession est demeuré relativement stable en Ontario au cours de la dernière décennie, mais on s’attend à ce que le rythme de la croissance ralentisse au cours de la période de prévision. Ces professionnels œuvrent dans divers secteurs, principalement dans les services des finances et d’assurance, comme les banques, les agences d’évaluation du crédit et les entreprises d’investissement. D’autres sont employés par des cabinets comptables et des firmes d’expert-conseil en affaires et travaillent au sein des services des finances d’entreprises manufacturières.Dans tous les secteurs, le contexte commercial continue d’évoluer selon certains facteurs qui ont un effet sur le niveau de capacité financière nécessaire pour appuyer la viabilité des activités opérationnelles. Les nouvelles technologies, le jeu du marché concurrentiel, l’instabilité économique mondiale et les resserrements budgétaires sont quelques-uns des facteurs qui s’ajoutent à la complexité de la prise de décisions financières. À l’échelle internationale, la surveillance réglementaire a été renforcée afin de réduire les risques financiers. Par conséquent, les fonctions de certaines possibilités d’emploi pour les directeurs financiers exigeront des connaissances de ces règlements.

    Il semble que l’approvisionnement en travailleurs disponibles pour cette profession soit suffisant. Les mesures de réduction des coûts imposées par certaines institutions financières au cours des dernières années ont donné lieu à un grand bassin de candidats qualifiés. Par conséquent, les nouveaux venus sur le marché du travail pourraient devoir faire face à une forte concurrence d’emploi dans cette profession. Toutefois, la demande d’emploi s’annonce plus importante pour les personnes qui sont hautement qualifiées, qui possèdent plus de cinq ans d’expérience dans l’analyse financière et qui ont de vastes connaissances sur les tendances du marché, tant actuelles qu’émergentes, lesquelles influent sur le secteur.

    De nombreux employeurs préfèrent les détenteurs d’une maîtrise dans une discipline connexe ou d’un titre professionnel en finances, selon le type de prestation de services financiers, par exemple : comptable professionnel agréé (CPA), analyste financier agréé (CFA), conseiller en assurance agréé et réussite du Cours sur le commerce des valeurs mobilières. Une connaissance de l’efficacité opérationnelle, comme la méthode Six Sigma et les techniques de rationalisation des opérations, pourrait également être utile